" Les Colins A Miami "

New York : premières impressions

Moi qui avait toujours dit « ouais, non, New York ça me dit rien. Les gratte-ciels, tout ça, c’est étouffant… », voilà que j’y ai passé 4 jours. Et alors c’était quoi mes premières impressions en arrivant? Je vais vous dire ça!

Au moment où je commence cet article, c’est mon dernier soir à New York. J’y suis venue en célibataire, pour rencontrer mes supers collègues et me former à mon nouveau boulot : guide touristique. Et comme je savais que la dream team New York Off Road me donnerait les bons plans, je suis arrivée en mode freestyle. Pas de guide papier, pas de réservation pour quoi que ce soit en dehors de mon airbnb, rien! Bon, j’ai quand même téléchargé l’application pour le métro (et je ne l’ai même pas utilisée).

 

Arrivée par le New Jersey

Pour ne pas faire comme tout le monde, je suis arrivée par Newark, non pas La Guardia. Je m’attendais à voir Manhattan, à être beaucoup plus près de New York. En fait, pendant l’atterrissage, je n’ai vu que des routes, des entrepôts, des champs.

Pour rejoindre Brooklyn où je devais poser ma valise et faire ma première visite, je devais d’abord prendre un bus direction Port Authority. J’avais vu sur le site de l’aéroport que la navette se prenait au terminal C, hors j’étais au terminal A. Finalement, après avoir été envoyée au niveau des bus et avoir demandé une ou deux fois à quel arrêt attendre, j’ai trouvé. Et c’etait bien au terminal A, comme indiqué sur place (bon on passe par le Terminal C, mais quand même, va falloir mettre votre site à jour Newark…). On peut prendre ses billets de navette à l’avance, ou dans le bus. Simple, efficace.

Quelques minutes après avoir quittée l’aéroport, je commence déjà à voir ces immeubles en briques rouges si typiques! Puis elle est là, devant moi : Manhattan! Avec la One World Trade Center si visible et si facile à distinguer! Je me mets du bon côté de mon bus quasi vide, et je me rends compte que ça y est! Je suis à New York!

New York

Désolée, c’est loin, et vu du bus, mais bon on reconnaît bien.

 

New York dans ma face!

Le bus était rapide. Je m’attendais à beaucoup plus de circulation, mais finalement, 30 minutes et aucun ralentissement plus tard, j’étais enfin en plein cœur de Manhattan. Je descends du bus, et je me prends la ville en pleine face! Des panneaux lumineux, du bruit, des klaxons, des gens pressés dans tous les sens, quelques touristes ébahis et un peu perdus, le contraste d’une église en brique rouge avec tous ces immeubles et ces néons… Je dégaine mon téléphone et je filme, je prends en photos, je m’imprégne.

New York

En descendant du bus, à quelques blocs de Times Square…

 

Premier métro…

Je repère l’entrée du métro, et je me dirige vers le carrefour pour rejoindre l’entrée. Encore des photos, une dernière vidéo. Et là, plus d’entrée de métro! Je ne la trouve plus! Trop de néons! Je vois une entrée de l’autre côté, ma valise sous le bras, je descends. Et bim. C’est une toute petite entrée, sans distributeur et sans aucun accès pour ceux qui n’ont pas de metrocard.

Je ressors. En haut des escaliers, je la vois, cette fichue entrée principale! Selon l’angle de vue, elle est parfois cachée derrière un panneau lumineux… Allez, je n’ai perdu que quelques minutes. Il ne me reste plus qu’à aller au distributeur acheter ma metrocard 7jours.

Mais c’est pas tout ça! Il faut encore comprendre le fonctionnement du metro! Bon, faut pas avoir fait polytechnique non plus, n’exagérons rien. Mais quand même, ça ne s’improvise pas. Une fois sur deux ou trois, la descente ne se fait pas du même côté, les directions sont plutôt vagues (uptown/downtown c’est bien joli, mais on a pas tous la carte des quartiers dans la tête). Sans compter que certaines entrées ne desservent qu’une direction et qu’il faut parfois ressortir, traverser la rue, et redescendre si on s’est trompé… Une fois dans votre rame, un écran vous indique les stations a venir (ça permet de vérifier que vous avez choisi la bonne direction), mais selon les lignes, il faudra faire à l’ancienne.

 

Welcome to Williamsburg

Un changement réussi et quelques stations plus tard, j’émerge à Bedford Avenue. Deuxième claque! Petits immeubles de 3-4 étages maxi, petites boutiques, hipsters, vélos, fresques murales. Ouf! Je me sens bien mieux! En fait non. Je me sens super bien! En moins de 5 minutes, je tombe amoureuse du quartier. Je me dirige vers les bureaux de Off Road, je repère des dizaines de photos à prendre,  d’endroits dans lesquels je voudrais m’arrêter, de vitrines qui m’appellent…

C’est le printemps, et ici, ça se voit. Les cerisiers sont en fleurs, les oiseaux chantent, les arbres bourgeonnent, il fait plutôt bon au soleil. Ça me rappelle l’Europe, et ça fait du bien.

Le temps de poser ma valise, de me faire une tête, et je file a Montrose où je dois rejoindre ma collègue pour une visite de Bushwick et Williamsburg. Mais d’abord, je prends toutes les photos des lieux, murs, arbres, maisons que j’ai vus en sortant du métro.

Bushwick

Le rendez-vous est devant le Dun-Well Doughnuts. Il est 13h, je meurs de faim, et j’ai envie de sucre. Je mange toujours sucré en voyage (pas pendant une semaine hein? Juste le jour du trajet).

Dun-Well Doughnuts est une petite boutique vintage, avec musique d’époque et super deco. Un habitué est posé avec son ordi et papote tranquille avec la serveuse. Il y règne une ambiance de série américaine. Vous avez, celles dans lesquelles les personnages habitent une petite ville ou un quartier sympa et connaissent tout le monde à force de toujours prendre leur petit dej’ au même diner.

Je jette mon dévolu sur un donut sucre et cannelle (accro a la cannelle, bonjour), et un deuxième fourré confiture. Avec une petite limonade à la lavande pour faire couler tout ça (passion limonade). C’est à tomber! Je dois me retenir de commander les petits frères de mes deux premiers donuts.

New York

En attendant l’heure de la visite, je fais un premier tour du quartier. J’y trouve encore des maisons typiques, des oiseaux…et une fresque de Sonni, street artiste que je connaissais mais dont je n’avais jamais vu le travail « en vrai ». Je sens que ça va me plaire tout ça!

New York

 

En avant pour la visite

Julie arrive, c’est parti pour la visite! Histoire du quartier, balade au milieu du street art, on échange les infos (pour le bonheur des clients qui ont deux guides street art pour le prix d’une), je découvre des artistes que je ne connaissais pas.

A Bushwick, le street art est dispersé, il n’y en a pas 6 par mur comme à Wynwood. Bien sûr, sur les entrepôts en particulier, on trouve des oeuvres de plusieurs artistes, mais elles ne se confondent pas les unes avec les autres comme souvent à Wynwood. Et c’est chouette, ça veut dire qu’on voit vraiment les fresques, on les apprécie mieux.

Chez un torrefacteur local, je test le « soda » maison. Celui là est à la camomille (family joke) et à la lavande. Un délice. Et puis le patron nous interpelle, et nous propose de visiter sa galerie. C’est une galerie collaborative, sympa, et les œuvres exposées sont superbes. Le gars est passionné, fait de son mieux pour expliquer en Français, c’est super cool.

 

Retour à Williamsburg

On s’imprègne de l’ambiance hipster du quartier, on voit de nouvelles fresques.

Julie nous emmène chez Rough Trade, un super magasins de vinyls avec une deco industrielle et des containers en guise de bureau. Trop top! Dommage que je n’aie plus de platine vinyls.

Puis une chocolaterie locale (très bonne, très jolie, mais un peu chère), a côté d’un vieux bar, et en face d’une fresque… parlante…

La visite est déjà finie. Pas de soucis, on remet ça demain!

Je rejoins Elise, qui m’emmène prendre un verre sur un rooftop avec une vue hallucinante sur tout Manhattan et Brooklyn, le William Vale Hotel. Faites le detour, ca vaut le coup! Le White Hotel en face est plus authentique (je ne le connais que d’extérieur, mais je crois mes collègues), mais plus bas.

New York

 

On pose ma valise dans mon airbnb, on se fait un super restau franco-mexicain, le Santos Anne, et voilà. Franco-mexicain oui, il y a des tacos et une excellente soupe à l’oignon bien relevée, une deco mexicaine mais des posters des Tontons Flingueurs, des serveurs francais, mais des cuisiniers mexicains. Et un super patio (trop froid pour cette fois).

 

Fin de cette première journée

Moi qui pensais ne pas aimer New York, je sais maintenant que je n’aime pas Manhattan, mais que Brooklyn me manque déjà (je finis cet article à l’aéroport). Je n’ai pas eu l’impression d’une ville démesurée, même si elle est gigantesque. Bien sûr, je n’ai fait que Brooklyn et Manhattan depuis, mais c’est peut-être la présence de l’eau, de ces séparations nettes entre la plupart des boroughs, qui donnent une impression différente de Los Angeles par exemple. En tout cas, je ne me suis pas sentie perdue.

Bref, New York m’a conquise dès le premier jour! Est-ce que je me vois y vivre? Pourquoi pas. Est-ce que je veux y retourner? Autant que possible!

I love New York!

 

 

Ami francophone qui prévoit un voyage à New York, pense aux visites guidées de New York Off Road, y a pas mieux!
0

YOU MIGHT ALSO LIKE

1 Comment

  • Delphine

    NY en celibataire ou a deux c’est un peu mon reve!! Et Brooklyn est sur ma liste de ma prochaine visite . je penserai a New York off Road

    avril 28, 2017 - 5:48 Reply

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Facebook
Facebook
Instagram
Follow by Email

Recevez la newsletter!